mercredi 10 octobre 2018

Déchets : le lent essor du réemploi solidaire serait-il menacé ?


Quelques centaines de recycleries et ressourceries ont vu le jour en deux décennies en France, afin de conjuguer lutte contre la grande exclusion et réduction des déchets. Leur modèle économique est toutefois aujourd'hui menacé par la baisse des dotations des collectivités territoriales ainsi que des emplois aidés. La feuille de route de l'économie circulaire n'a pas apporté de solutions pérennes. 


Cliquer sur l'image pour accéder à l'article

vendredi 23 février 2018

Manger mieux, bon et bio, en retrouvant le plaisir de cuisiner, tel est l’objectif de la Grange aux savoir-faire. Un lieu convivial où l’on apprend à faire son pain, sa bière ou son jambon.

Pratiquer la cueillette des plantes sauvages, brasser sa bière, fabriquer son pain, confectionner des petits plats sans gluten, fumer son jambon, découvrir des recettes simples et naturelles, s’initier à l’art des conserves, éviter le gaspillage… En créant, il y a un peu plus d’un an, la Grange aux savoir-faire, Guillaume Mignard ne pensait pas que ses ateliers rencontreraient un tel succès. Installé à Vallières-les-Grandes (Loir-et-Cher), entre vignobles et bords de Loire, ce lieu « dédié à l’échange et au partage » ne désemplit pas. Chaque week-end, des dizaines d’apprentis cuisiniers, retraités ou trentenaires, se bousculent pour participer aux différentes sessions organisées par cet ancien journaliste parisien reconverti, avec sa compagne, dans l’art culinaire.
« Les gens en ont marre de la bouffe industrielle et de tous ces plats préparés qui nous empoisonnent à petit feu », lance Guillaume Mignard. « Pour mieux manger et ne plus dépendre de ces produits toxiques vendus en grande surface, beaucoup sont prêts à consacrer du temps pour reprendre la main. En leur donnant des bons tuyaux et des petites recettes pour leur permettre de réaliser eux-mêmes leurs repas à partir des produits alimentaires du quotidien, nous les aidons à acquérir plus d’autonomie et à reprendre le pouvoir sur leur manière de s’alimenter. » Alors que toutes les enquêtes scientifiques menées sur le sujet établissent des liens statistiques entre la consommation des aliments dits ultra-transformés (plats cuisinés industriels) et des maladies telles que l’obésité, l’insuffisance cardiaque, l’hypertension, le diabète ou le cancer, l’initiative paraît salutaire.
Tout au long de l’année, la Grange aux savoir-faire organise une série de stages mettant aux prises des experts (boulangers, charcutiers, cuisiniers, glaneurs, pastiers...) et celles et ceux qui souhaitent apprendre, s’enrichir, se perfectionner, bref prendre du plaisir en réalisant et en mangeant bon, beau et fait maison. « La Grange est née d’une envie, celle d’explorer une alternative au modèle de production agro-alimentaire dominant », témoigne Guillaume Mignard. D’apprendre au contact de professionnels des tours de mains, des techniques, des recettes et des idées à tester sur place et à emporter chez soi.
« Notre situation géographique assez centrale nous permet d’accueillir des stagiaires venus de toute la France », poursuit Guillaume Mignard. Nichée en Val de Loire, entre Tours et Blois, La Grange est posée sur son vallon, à deux heures de Paris, Nantes et Bordeaux, dans une région qui prend ses racines dans une terre à forte tradition agricole. Un terroir dans lequel fourmillent les fermes bio et les projets alternatifs. « En offrant une vitrine aux formateurs locaux sur lesquels nous nous appuyons et en privilégiant les produits de la région, nous voulons être un point de convergence de toutes les initiatives locales. »
Le prix des ateliers varie entre 120€ et 240€, sachant que les participants ne repartent jamais les mains vides. Les plats amoureusement préparés seront partagés en famille ou avec les amis. Derrière les fourneaux, les ustensiles de cuisine et les recettes en tout genre, la Grange aux savoir-faire offre aussi un lieu d’apaisement qui laisse du temps au temps, celui du plaisir de faire-soi-même. Pour créer du lien entre producteurs et consommateurs, autour d’une même table, et pour favoriser l’échange entre les générations, la Grange aux savoir-faire organise aussi des journées à thème : « Légumes, on vous aime », « Cueillette et cuisine sauvage » et, pour les gastronomes en culottes courtes, des « goûters de héros », pour découvrir le plaisir de faire soi-même son sirop, son gâteau ou sa pâte à tartiner.
« Une fois rentrés chez eux, nos stagiaires nous envoient souvent des photos des petits plats qu’ils ont imaginés », raconte Guillaume Mignard. « Ils sont fiers et heureux d’avoir repris la main et de pratiquer ce que j’appellerai l’écologie de l’estomac. Tous nous disent qu’ils se sentent bien mieux dans leur tête et dans leur corps. » Cuisiner à partir de produits bruts, non transformés ? Une manière de réconcilier plaisir et santé. 

Pour en savoir plus :

La Grange aux savoir-faire, 9 La Giberie, 41400 Vallières-les-Grandes.
Tél : 02 54 43 57 21 / 06 62 86 17 56
Mail : contact@lagrangeauxsavoirfaire.fr
Site : https://lagrangeauxsavoirfaire.fr/
Facebook : https://www.facebook.com/lagrangeauxsavoirfaire/



 Guillaume Mignard, fondateur de ces ateliers, était l'invité de Carnet de Campagne.

jeudi 1 février 2018

Le guide de création des lieux alternatifs est sorti !


Il est tout frais, il est tout beau, c’est le guide de création des lieux alternatifs. Il rassemble 19 exemples de lieux existants, 9 outils méthodologiques, des ressources et contacts… Autrement dit, 68 pages avec tous les outils pour démarrer la création d’un lieu alternatif que ce soit une cantine de quartier, un atelier vélo, un théâtre ou un bar associatif.
Vous voulez vous lancer dans l’aventure de la création d’un lieu ? Le guide est fait pour vous ! Vous y trouverez des exemples variés de lieux existants avec pour chacun leur fonctionnement, leur financement, leurs conseils etc. Les outils méthodologiques vous aideront par exemple à choisir un statut juridique, lancer un financement participatif ou communiquer sur les réseaux sociaux etc.

L’objectif est d’aider à développer partout des lieux permanents, gérés collectivement, ouvert au public et porteurs d’activités utiles socialement, écologiquement ou culturellement : points de vente locaux, ateliers de réparation, lieux culturels et de sociabilité, espaces partagés… Ces lieux peuvent aider à accélérer le développement des alternatives et les faire changer d’échelle pour qu’elles deviennent la norme.
Non seulement ces lieux permettent d’activer les alternatives, mais ils peuvent en outre devenir de formidables points d’appui pour le mouvement climat, car ils sont autant de locaux qui peuvent servir à organiser des réunions, des formations, des conférences, des ateliers de fabrication de matériel, etc., de quoi préparer des mobilisations citoyennes toujours plus massives partout sur nos territoires !
Cliquer sur l'image pour accéder au guide (PDF)
Le guide est diffusé par les collectifs alternatiba, les partenaires du Collectif pour une transition citoyenne et divers lieux en France. Vous trouverez la liste complète tout en bas de cet article.
Enfin, cet ouvrage n’est qu’un début de réponse, car la multiplication des lieux alternatifs requiert d’autres actions : portes ouvertes, formations, communication commune, mutualisation, échange d’expériences, etc. Toute cette dynamique sera menée collectivement, bien au-delà de Alternatiba et débouchera sur de nouvelles initiatives.